Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Bigorneau : Bigornette Blog généraliste : humour, poèmes, photos...etc...

A pied d'oeuvre !

Le Bigorneau

100-1488.jpgAujourd'hui j'ai envie de vous parler de pieds, ce n'est pas que je me sois levée du pied gauche, non pas du tout, dès que j'ai posé le pied sur le sol ce matin,je me suis dit et si je leur parlais de pieds...J'ai donc démarré cette journée de pied ferme en mettant un pied devant l'autre, je suis allée prendre un café, je ne sais pas pour vous mais le café du matin pour moi c'est le pied ! Et pour démarrer la journée du bon pied, il n'y a vraiment que le café...Donc parlons de pieds :
Je ne vois pas pourquoi les précieuses de Molière trouvaient ce mot vulgaire, elles appelaient leurs pieds "les chers souffrants", le mot pied est pourtant utilisé comme unité de mesure en poésie. Evidemment, il servait aussi de référence à la mesure des distances et constituait une unité de longueur, un pied se divisant en douze pouces correspondait à 0.324 m...
A une époque, (XIVè siècle), un chevalier avait des souliers d'un pied et demi, un baron en avait de deux pieds, et enfin les princes avaient les souliers encore plus longs, deux pieds et demi...Amusant  non ?..
On parle maintenant de personnes qui ont le "bras longs",pour les gens importants pas de "pieds long". Par la suite d'ailleurs les chaussures furent plus hautes aussi pour les nobles, ils avaient des talons très élevés, rouges, on les distinguait ainsi des "pieds-plats ", terme péjoratif désignant les manants.
Qui de vous n'a jamais eu à faire  à un "casse-pied" ? ça m'est arrivé....Je vais vous narrer cette histoire :
 Donc, un matin assez tard, on sonne à ma porte et je tombe nez à nez avec un va-nu-pied; ce dernier se présente, il est  valet de pied, d'origine Pied-noir,  il peint à ses heures, il m'a déjà croisée et s'est mis en tête de faire de moi un portait-en-pied...J'ai eu envie de disparaitre à cent pieds  sous terre, mais je n'ai pas  perdu  pied, et au pied levé, je l'ai  dévisagé de pied en cap, j'ai illico constaté que cet individu avait le nez en pied de marmite, et d'arrache pied, je me suis mise en devoir de défendre pied à pied ma position, je  ne voulais pas qu'il fasse mon portrait...
C'est vrai au fond , je ne le connaissais pas, il n'allait pas faire la loi chez moi, d'ailleurs , j'habite de plain pied, comment descendre sous-terre ?..Donc nous étions sur le même pied, sur un pied d'égalité...J'ai repris la discussion au pied de la lettre, il ne savait plus sur quel pied danser, et semblait ne plus pouvoir mettre un pied devant l'autre...je venais de lui couper l'herbe sous le pied, il n'avait pas l'habitude d'être ainsi foulé aux pieds. De colère et de déception, il s'est mis à frapper du pied, mais il commencait quand même  à lâcher pied, je voyais qu'il envisageait de lever le pied, je lui cassais les pieds. En reculant, il m'a fait un pied de nez, à ce moment là,  j'ai pris mon pied, c'était très drôle !
J'étais, à cette époque, habituée à vivre sur un grand pied , encore un peu, s'il  m'avait énervée davantage cet individu repartait les pieds devant, mais je suis retombée sur mes pieds , j'ai repris mes  esprits...Surtout pas de violence, ce type semblait bête comme ses pieds. Il avait déjà un pied dans la tombe, il n'était plus tout jeune; devant mon refus, il était au pied du mur, il n'avait pas le choix...il devait partir, ça lui ferait les pieds, c'était bien fait pour ses pieds, d'ailleurs je pensais à cet instant précis: il y a franchement des coups de pieds au cul qui se perdent, il n'a qu'à s'occuper de ses pieds...J 'ai décidé de mettre de nouveau les pieds dans le plat, maintenant que j'étais à pied d'oeuvre, lui se trouvait pieds et poings liés, il s'aperçut que j'étais  sur le pied de guerre, il ne s'en sortirait pas indemne, il avait beau avoir le pied marin , d'un coup il doutait, c'est lui maintenant qui avait une épine dans le pied, il s'est dit, in petto, qu'il ne fallait pas qu'il reste les deux pieds dans le même sabot, car il voyait que j'avais bon pied bon oeil; comme il avait les pieds sur terre, il a décidé que ça ne servait à rien de faire le pied de grue, et de garder les pieds en éventail, il ne pensait pas non plus à me  faire du pied, ce n'était pas le moment, il a fait feu des quatre pieds, il a enfilé sa veste  pied de poule, et a pris ses jambes à son cou...D'un coup, il avait disparu..Avais-je rêvé ?
Soulagée, j'ai  commencé à penser à mon déjeuner; au menu,  ce midi-là , il y avait des huitres, variété : pied de cheval, du pied de cochon vinaigrette et des champignons variété pied-de-mouton..mais auparavant je devais passer par les toilettes on dit aussi allez où le roi va à pied (joli non ? )
Cette histoire est folle me direz-vous, tout celà n'est pas vrai.? ..Non,  bien sûr, je vais d'ailleurs de ce pas regagner mon joli pied-à-terre, oui je ne vous ai pas dit,  je ne suis pas chez moi,  je vais rentrer à pied,  il fait vraiment beau aujourd'hui, et j'espère que je ne trouverai pas, comme la dernière fois, mon domicile cambriolé, figurez-vous que les voleurs avaient simplement utilisé.... mais non,  pas un pied -à-coulisse, juste un pied de biche....Allez je vous souhaite une bonne journée....Attention ! Ne vous prenez pas les pieds dans le tapis...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires
N
et dire que le bigorneau n'en a qu'un !
Répondre
B
très jolies photos de bretagne dis donc...As tu réussi ton diaporama alors? Peux tu m'expliquer l'intérêt de déposé le blog? bonne journée à plus kenavo
Répondre
C
et bien je reviendrai point barre lol!! bises à+
Répondre
A
Digne fille d'un RAYMOND DEVOS que tu serais....., c'est un texte amusant et qui ne sent pas des pieds. Bravo tu es très forte comme d'habitude.
Répondre
L
je suis scotchée, de voir avec quel brio ..tu nous mets le pied à l'étrier dans cette histoire! digne d'un supersketch!!! bisous
Répondre