Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Bigorneau : Bigornette Blog généraliste : humour, poèmes, photos...etc...

mes fables -poemes - comptines

Petit nuage...

Le Bigorneau
Petit nuage...
Petit nuage...

Petit nuage Dis-moi petit nuage : Tu es sorti de ta cage pour partir en voyage ? Tu as suivi le rivage en bordure de la plage Traversé le bocage sans stopper au péage. Tu as l'air bien volage : ici et là tu déménages en ratant des virages, errant dans les parages, évitant les orages. Dans ce bleu sauvage on dirait que tu nages, refusant les ancrages, provoquant des ombrages au dessus des herbages, comme un blanc plumage décorant les mariages de ton léger voilage, emportant en otage tout un aréopage de plus petits nuages, ponctuant le paysage comme un joli pelage et tout ça sans tapage, sage comme...

Jolie buse !

Le Bigorneau
Jolie buse !
Jolie buse !

Jolie buse Buse, jolie buse ! De t'interpeller, je m'excuse ! Mais tu abuses, et je t'accuse : à me narguer, tu t'amuses, ailes déployées, tu fuses, avant de piquer,tu ruses, tu me désabuses. Je ne peux pas voler, recluse, ça m'use, je suis confuse... Je ne prendrai pas mon arquebuse mais plutôt ma cornemuse et te choisis comme muse, jolie buse !

Mon beau sapin !

Le Bigorneau
Mon beau sapin !
Mon beau sapin !

Mon beau sapin... Trois jeunes sapins, de trois ans âgés, voyaient, très inquiets, Noël arriver Les bûcherons allaient passer couper des centaines d'arbres pour la fin d'année. De ruser, ils prirent la décision, pour ne pas se faire couper le tronc Ils convinrent de paraître très laids, se tordant les branches dans tous les sens. - Ne découpez pas ces trois sapins-là ! déclara le chef à ses ouvriers : tordus comme ils sont, il faut les laisser, Ils sont invendables dans cet état-là. C'est curieux je n'avais pas remarqué. Tout danger écarté, nos trois futés reprirent aussitôt leur fière allure :...

Une coccinelle sur une fleur.

Le Bigorneau
Une coccinelle sur une fleur.
Une coccinelle sur une fleur.

Une coccinelle sur une fleur Une coccinelle sur une fleur, comptait les pétales, quelle folie ! - J'en ai combien ? lui dit la fleur - Je compte dix points sur tes ailes. - Je compte dix pétales aussi. - Ah ça alors ! dit la fleur, tu peux donc être mon amie ! - Moi je veux bien petite fleur, mais qu'est-ce pour toi l'amitié ? - L'amitié , répondit la fleur, c'est quand on peut tout se dire, et que jamais on est fâché. - C'est aussi quand on te dit : oui, pour toi, je serais toujours là, et tu pourras compter sur moi. - Alors d'accord ! petite fleur, nous serons donc deux amies, pour le bonheur...

Une belle cochonne !

Le Bigorneau
Une belle cochonne !
Une belle cochonne !

Une belle cochonne ! Rosette, une jeune truie bien dodue, se pavane dans la cour fleurie de la grande ferme cossue. Elle est très belle, bien fichue, toute rose, satinée, vraiment très jolie, la queue haute bien tirebouchonnée, Bien trop propre pour ses parents effarés -Mais tu t'es encore lavée ? tu es la honte de notre famille ! lui disent-ils , indignés. Nous avons une image à donner, un rang à tenir, tu ne dois pas l'oublier, ni la ternir, Ta conduite est inqualifiable : comme un cochon tu dois sentir ! Tu te comportes comme une grue à aigrette, cochonnette tu es née, cochonnette tu dois rester...

La ronde...

Le Bigorneau
La ronde...
La ronde...

La ronde... Tourne, tourne la terre. Elle est toute ronde dans l'univers. Passe, passe le temps : printemps, été, automne, hiver, c'est la danse des saisons. Les secondes font les minutes, les minutes feront les heures, Rien jamais ne s'arrête, ni la terre de tourner, ni le temps de s'écouler. Tout est en place dans ce monde. Prenez une bouffée d'air. Ne bougez plus, ne respirez plus, faisons vite le cliché ! Ainsi doit continuer la ronde, la ronde des humains. Donnez-vous la main, c'est le monde de demain.

Chante clair !

Le Bigorneau
Chante clair !
Chante clair !

Chante clair ! Ce matin là, la ferme a dormi tard ! Que se passe-t-il ? bougonnait le fermier en retard. Pourquoi le coq n'a-t-il pas chanté ? Les moutons dans la bergerie s'interrogent. Le berger n'est pas venu les panser. Du coq on n'a pas entendu le cri. Il avait bien essayé de lancer son cocorico, mais aucun son n'était sorti de sa gorge. - Ce n'est pas grave , lui dirent ses amis, pour une fois on s'est levé moins tôt ! - Tu as trop chanté hier, ne chante pas aujourd'hui, repose ta voix, ne fais pas le fier ! Bien qu'humilié le coq devait faire un choix : ou il réessayait maintes et maintes...

La cane et le raton laveur

Le Bigorneau
La cane et le raton laveur
La cane et le raton laveur

La cane et le raton laveur. Sur une rivière tranquille et claire, Une cane déambulait, toute fière, devant ses huit canetons en duvet Mademoiselle raton laveur, célibataire et souvent de fort mauvaise humeur se frottait les moustaches, c'était son heure Elle maugréait et dit à haute voix : - Mais pour qui se prend-elle cette cane ? Quelle pimbêche ! bête comme une oie ! Toujours à cancaner, toujours à se dandiner et maintenant la voilà avec des rejetons. La cane qui connaissait bien cette ronchon passa, hautaine, en lui disant tout de bon : - Bonjour la ratonne ! alors on bougonne ! La rate, honteuse...

Le chaton et le hérisson

Le Bigorneau
Le chaton et le hérisson
Le chaton et le hérisson

Le chaton et le hérisson Un jeune chat aventureux et un peu gras regardait, étonné, sa gamelle de pâtée : de moitié, au moins, le niveau avait baissé ! Ah ça, quel malotru a mangé mon repas ? Se dit-il, anxieux, contrarié et dépité. Bien camouflé derrière un arbre, il attendit. L'attente ne fut pas longue, et il découvrit, tout ébahi, le responsable du larcin, Non, ce n'était pas là le profil d'un lapin ! Il allait faire sa fête à ce carnassier ; mais celui-ci, effrayé, en boule se roula. Notre chaton, éberlué, d'un bond recula, la truffe en feu : le hérisson l'avait piqué. Moralité : Avant de...

Le papillon et la chenille.

Le Bigorneau
Le papillon et la chenille.
Le papillon et la chenille.

Le papillon et la chenille. Un papillon né du matin rencontra un de ses copains encore en chenille, le coquin : pas courageux pour s'envoler ! pensa notre galopin... -Allez viens ! sors tes ailes, dans une demi-heure, il sera midi. Et alors, j'ai tout mon temps ! j'ai encore tout l'après-midi : Je suis un papillon de nuit.

<< < 1 2 3 4 5 > >>